Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Banlieusardises

Remonter

Haut

9 commentaires

Transformer les contenants d’oeufs en mini-serres pour les semis

Transformer les contenants d’oeufs en mini-serres pour les semis
Martine Gingras

La saison des semis bat son plein! Pour explorer des variétés moins communes de plantes ou juste pour le plaisir, on est nombreux ces jours-ci à plonger les mains dans la terre et à y semer de petites graines qui deviendront de belles et bonnes plantes cet été.

On est aussi nombreux à plonger la main dans le portefeuille. En effet, quand on calcule toutes les dépenses associées à nos semis, ça monte vite: l’investissement initial dans une étagère, des néons et des tapis chauffants, l’achat de plateaux ou mini-serres, le terreau… Bien sûr, il y a des dépenses nécessaires et récurrentes, mais d’autres peuvent être évitées en faisant preuve d’imagination. Ainsi, beaucoup de contenants alimentaires peuvent être récupérés pour nos semis!

Les petits pots de yogourt, les contenants de champignons, les bacs de laitue pré-lavée… voilà autant d’options qui viendront remplacer les contenants du commerce! Dans certains cas, les contenants sont tout prêts à l’utilisation: ceux pour les mini-tomates, par exemple, sont déjà troués. Dans d’autres cas, on devra jouer de la perceuse pour pratiquer des trous qui serviront à abreuver la plante.

Ainsi, pour limiter les coûts lors d’une activité de semis à l’école de ma grande, j’ai lancé un appel à tous pour récupérer des contenants de plastique transparent pour les œufs. Selon Manon Collard, qui a publié un excellent atelier pratique sur les semis intérieurs, ce n’est pas l’idéal, car la contenance et limitée et les racines s’y trouvent vite à l’étroit, de sorte qu’on doit rapidement considérer un repiquage.

J’ai quand même choisis ces contenants à cause de leur aspect pratique: ce sont les seuls qui sont conçus en trois parties, avec un grand couvercle rectangulaire qui fait un plateau parfait pour recueillir l’eau! On évite ainsi d’acheter des plateaux à semis. Je trouve que cette solution remplace avantageusement les mini-serres avec les pastilles « Jiffy », très populaires pour les projets scolaires…

Vous avez des contenants d’œufs sous la main? Avec une perceuse, il suffit de trouer les 12 cellules qui serviront à accueillir la terre. Il faut faire les trous sur l’arrête (voir la photo), et non directement dessous, pour que l’eau arrive à atteindre la terre quand le contenant sera à plat.

Remplissez de terreau humide les cellules trouées, en tapotant bien. Semer une graine par cellule, à la profondeur prescrite pour le type de semence. Refermer le contenant et déposer la serre dans le plateau qui servait de couvercle au contenant d’œufs.

Il n’y a plus qu’à déposer les mini-serres devant une fenêtre ou sous des néons, et surveiller l’assèchement du terreau pour arroser, au besoin. Vous remarquerez qu’un «effet de serre» se crée rapidement et l’eau perle sur le couvercle.

Quand toutes les graines ont germé, on peut retirer le couvercle, mais attention à ne pas le soulever d’un coup: les petites pousses habituées à une très haute humidité vont sécher instantanément! Il faut plutôt le soulever un peu plus chaque jour, pour acclimater les petites pousses au climat plus sec de la pièce.

Si les racines semblent à l’étroit, repiquez éventuellement dans un plus grand contenant.

Commentaires

  1. Tu viens de résoudre un grand mystère pour moi avec ton explication de l’assèchement des pousses à l’ouverture du couvercle… j’en ai même perdu une cette année à cause de ça! C’est trop tard, mais je retiens pour l’an prochain!

  2. Dans mon cas aussi, un grand mystère vient d’être résolu… jamais je n’aurais pensé que mes pousses pouvaient mourir à cause de l’ouverture soudaine du couvercle… Je vais me retenir alors! Merci pour les bons conseils!

  3. Excellente idée de récup ! J’ai tendance à ne pas choisir d’acheter des oeufs dans ce type de contenant que je trouve trop polluant… mais c’est bien de savoir que je pourrai éventuellement les récupérer dans le quotidien.

    J’ai une petite question : est-ce que tu arroses tes semis par immersion (tel que suggéré dans les carnets horticole du Jardin botanique) ou à l’arrosoir à bec fin (tel que le suggère Manon Collard)?

    Je suis une fidèle lectrice habituellement silencieuse… Félicitations pour le bouquin!

    • J’y vais par immersion… sauf quand je réalise que j’ai sauté trop de jours (oui, oui, ça m’arrive aussi!) et que le dessus s’est asséché… pour sauver les meubles, j’inonde de partout ;-)

      Merci pour les bons mots!

  4. J’aurais l’impression de faire des semis de bonsaïs! :-)
    (C’est une idée, ça!)

    (Le repiquage, c’est pas que je veuille pas… c’est que je me connais et que les semis successifs s’accumulent, et donc le travail quotidien aussi (je m’en occupe deux fois par jour… mais bon, hein, deux minutes chaque fois!), et la réalité… c’est que je repiquerai pas!)

    Moi non plus je n’achète jamais ces oeufs-là. Surtout que… BONHEUR! Mes voisines d’en avant (faut le dire vite) vendent maintenant des oeufs! On a été leur porter une grosse boîte pleine de contenants d’oeufs en carton.

    Mais oh que tu as raison: à bas les Jiffy! Ça finit par coûter cher et… le foutu enrobage en filet, ça ne de décompose pas vraiment au jardin! (Je crois qu’il en font qui sont biodégradables, mais évidemment faut ouvrir le portefeuille plus grand…)

    J’ai pas d’étagère, moi, juste une table avec des néons au-dessus et un seul tapis chauffant, qui ne couvre pas toute la table. Parfait, car une fois levés, les semis préfèrent un peu de fraîcheur: sur le tapis, les nouveaux! Je réutilise des contenants d’autres choses, mais j’ai des plateaux (et dômes, bas et hauts: pratiques!) du commerce, que je réutilise chaque année: peu chers (si on y fait attention ils durent de nombreuses années), ils ont des crénelures au fond, qui permettent à l’eau d’arrosage d’enter, eh oui, par les trous au fond des mes contenants recyclés.

    Comme quoi faut surtout se lancer et voir ce qui fonctionne pour nous: je n’en suis qu’à me deuxième année, et déjà je fais mes choix avec beaucoup plus de confiance et de liberté!

  5. Faut que je partage ça ici ce matin: tout d’un coup, après un mois de semis (progressifs: il s’en ajoute régulièrement)… ça sent les plantes dans le garage! Ça sent… le printemps! (Et pas celui des pommes de route qui dégèlent!)

    Pour tes semis dans les contenants d’oeufs, tu nous diras, finalement, combien de temps les racines y sont à l’aise? Mes contenants sont plus grands et opaques, alors je ne vois pas les racines (toujours surprise d’en voir autant au moment de transplanter!); l’avantage de tes contenants d’oeufs, c’est qu’on sait précisément quand le repiquage est nécessaire, non?

    • En fait, oui, on verra les racines… mais comme il y a bien peu de terreau là-dedans, on doit repiquer beaucoup plus tôt: c’est pour cela que Manon Collard n’apprécie pas trop ces contenants. Je vais essayer de les étirer autant que possible, je t’en donnerai des nouvelles.

      Les semis de l’école (on a semé des zinnias cactus et des coléus) ont été faits mercredi dernier, et je dirais que le 3/4 ont levé. On ne voit pas encore les racines, c’est tout récent :)

  6. Plus j’y pense, plus c’est une bonne idée pour l’école. Qu’ils repiquent, eux, et apprennent et profitent! (La paresse, c’est pour les plus grandes, na!)

  7. Tiens, les semis ! Ça me fait penser à une technique de conservation des légumes que je viens de découvrir : la lactofermentation. Des légumes crus, croustillants et survitaminés durant toute l’année.

    http://fr.ekopedia.org/Lacto-fermentation

Soumettre un commentaire

Annuler la réponse