Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Banlieusardises

Remonter

Haut

8 commentaires

Filets de maquereau et splouches de tapenade

Filets de maquereau et splouches de tapenade
Martine Gingras

«Mmmm… Il est bon ton poulet, maman! Il goûte le poisson… » Ce sont les paroles de Judith, 2 ans et demi, dégustant ce plat de… maquereau. Si elle me l’avait sortie une semaine plus tôt, ça aurait fait une rigolote entrée du premier avril, mais bon. On ne commande pas les mots d’enfants à date fixe ;-)

Je présume que les parents sont déjà en train de lire la recette. Pour les autres, un mot sur le maquereau: c’est un poisson pêché ici, très riche en omégas-3, super abordable et on le trouve maintenant vendu en emballage de 400 g, parfait pour nourrir une petite famile… en tout cas, parfait pour la mienne! J’apprécie tout particulièrement qu’il soit emballé sous vide: j’en achète toujours d’avance et je le garde au congélo pour ces jours où on a repoussé et repoussé et repoussé le moment de faire l’épicerie, et que le frigo est vide. Il suffit de plonger l’emballage une vingtaine de minutes dans l’eau froide, et on est prêt à cuisiner.

La recette est d’une simplicité désarmante: Enfariner les filets de marquereau dans un mélange moitié farine, moitié chapelure. Les faire dorer des deux côtés dans un peu d’huile, et servir avec des «splouches» de tapenade (aux olives noires sur la photo, mais ce serait aussi fantastique avec une aux tomates, ou un antipasto bien frais). Tout simple, tout bon.

P.S.- N’allez pas penser que j’avais fait croire à Judith qu’elle avait du poulet devant elle: elle désigne presque toutes les viandes sous le nom de poulet, et trouve apparemment ça très drôle. Espérons qu’elle ne devienne pas serveuse: je plains les clients qui voudront se faire expliquer le menu ;-)

Commentaires

  1. Muscade

    Hé bien, moi qui cherchais comment mettre au menu des poissons riches en oméga 3, on mange déjà souvent du saumon, mais pour le maquereau, la sardine et harang qui en contiennent aussi beaucoup, je n’en ai même jamais goûté.

    Le mieux est sûrement d’y aller au plus simple comme première dégustation. Je me promets de mettre du maquereau au prochain menu.

  2. Grenadz

    Merci Martine pour la suggestion. Je n’ai jamais osé le maquereau, mais c’est l’encouragement dont j’avais besoin.

    Côté poulet, mes enfants ont aussi longtemps substitué ce nom au mot viande… et à tout ce qui y ressemble.
    En effet, à cinq ans mon fils m’a décrit la blessure d’un enfant dans la cour d’école en disant qu’ « on voyait toute son poulet dans sa cuisse »!

    • Grenadz, c’est digne du Reader’s Digest, ce mot d’enfant :-P

      • Grenadz

        À la relecture, c’est vrai que ça fait Reader’s Digest…

    • Malade, j’espère que ton fils va devenir chirurgien parce qu’il ferait un bon vulgarisateur!

      J’adore!

  3. C’était un compliment ;-)

  4. andreanne

    hih j’ai une garderie en milieu familial et mes deux enfant ainsi que tous les enfants que j’ai gardee jusqu’a present et leur frere et soeur… bon vous voyez ou je veux en venir…. lol je parle de la poppulation 0-6 ans en general lol designent toutes les viandes par le mot poulet…. parraitrait que c’est parce qu’il se retrouve fort souvent sur nos tables…. dailleurs, lorsque je demande a mon fils ce qu’il veut manger le soir il me repond invariablement du riz avec du poulet hihi, en gros du poisson, du boeuf, du poulet du canard tout ce que tu veux mais oublie pas mon riz lolol

  5. C’est vrai qu’il a l’air plutôt sympa ce poisson =)

Soumettre un commentaire