Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Banlieusardises

Remonter

Haut

7 commentaires

Pêche blanche sur la Rivière des Mille-Îles

Pêche blanche sur la Rivière des Mille-Îles
Martine Gingras

Taquiner le poisson en plein mois de janvier? C’est exactement ce qu’on a fait hier sur la Rivière des Mille-Îles! Je sais, je sais ce que vous allez me dire: pluie verglaçante, grésil… quelle était l’urgence d’aller pêcher par un temps pareil? De fait, on était les seuls braves sur la glace hier.

Mais on avait une mission cruciale: notre grande de première année fait un projet sur la pêche d’hiver, et on voulait profiter d’une journée pédagogique pour aller essayer ça en famille. Parents dédiés, on n’allait pas reculer devant l’adversité météorologique! Considérant que notre premier choix était d’aller pêcher les p’tits poissons des chenaux à 2h de route (à Sainte-Anne-de-la-Pérade), on n’est finalement pas si fous que ça de s’être plutôt dirigé au Parc de la Rivière des Mille-Îles de Laval, à seulement 10 minutes de chez nous, pour pêcher malgré le verglas…

Pour la pêche blanche au Parc de la Rivière des Mille-Îles, il faut avoir déjà acheté son permis de pêche. Pour le reste, c’est un forfait de pêche blanche «clé en main», qui inclut tout ce qu’il faut pour pêcher à la brimbale. Bien sûr, vous m’arrêtez ici, les yeux écarquillés: à la brimbale? Hep, à la brimbale.

C’est un piquet de bois qu’on cale solidement dans un monticule de neige, en bordure d’un trou creusé dans la glace. Sur le piquet, on place un autre morceau de bois en équilibre. La ligne à pêche est accrochée au bout de ce second morceau, et un plomb sur le dessus permet d’ajuster la sensibilité de la brimbale (en attente, la brimbale est levée, et on sait que ça mord lorsqu’elle se rabaisse, tirée par le poisson qui a mordu).

On nous a donc fourni dix de ces brimbales, une petite cabane pour se réchauffer (avec un poêle et du bois), et des ménés pour servir d’appât. Le forfait de la demi-journée inclut 12 ménés; pour une journée complète, ils en offrent 24. Un responsable a creusé pour nous les 10 trous, et ensuite, c’était à nous de s’activer: «on» (excluant la personne qui écrit) a accroché les ménés à l’hameçon, allumé un feu, surveillé les lignes, écumé les trous de la slush qui s’y accumulait de temps en temps…

Après une petite demi-heure, on était déjà détrempés et transis, mais on tenait bon, rentrant se réchauffer un instant pour retourner surveiller les lignes. Et juste comme notre patience s’émoussait et notre espoir d’attraper quoi que ce soit flanchissait, un père et son fils qui passaient par-là nous ont raconté que la semaine précédente, ils avaient vu des pêcheurs sortir deux gros brochets. Le genre d’histoire de pêche qui redonne de la vigueur!

On espérait un brochet, ou au moins quelques dorés, mais finalement, c’est une toute petite perchaude qui est venue récompenser nos efforts.

Considérant qu’on a déboursé 65$ pour une demi-journée, ça fera un peu cher la bouchée de perchaude… mais comme vous le diront tous les parents: la fierté dans le regard d’un enfant, ça n’a pas de prix! Et en toute honnêteté, par une journée ensoleillée, on y serait bien restés toute la journée. Peut-être l’an prochain?

Si l’activité vous intéresse, vous pouvez visiter le site du Parc de la Rivière des Mille-Îles pour tous les détails et les tarifs sur la pêche blanche clé en main.

Commentaires

  1. $65., c’est peut être cher la livre de perchaude, mais pour une demie journée de plaisir en famille, c’est correct…
    La pêche sur la glace, une belle activité qu’il y a longtemps que je n’ai pas pratiqué…
    Pis en faire un billet sur ton blogue, ça diminue le prix de la livre de perchaude…
    Une belle aventure, merci pour le partage.

  2. Je me joins à ton « on » car je n’aurais pas touché les ménés, même avec mes mitaines !

    Mais c’est une belle manière de passer la journée et au pire, on fait un arrêt à l’épicerie pour compléter le repas de poissons… ;-)

    • On s’est plutôt laissés tenter par un bon shish taouk chez Amir, qui nous a réchauffé l’intérieur et les papilles ;-)

  3. Quoi, c’est commencé ? Décidemment je devrais te mettre en charge de ma vie sociale… Fiston a adoré l’an dernier, 1 heure tout au plus à cause d’une participante poule mouillée… Je me tais ou je lui organise une demi-journée (traduction : aie-je l’indigne insondable…?)

    • Moi, je suis désormais partisane de la journée complète… à condition que le soleil soit de la partie! Par une flotte comme vendredi dernier, il fallait vraiment avoir un projet d’école pour s’y coller…

  4. Superbement balancer a l’aide du balancier monter sur la brimbale et en plus si je veux la faire jigé j’ai juste a lui monter une palette sur le bout pour quel poigne dans le vent, elle son tellement sensible quand elle son ajuster que je n’est même pas a y toucher et elle fait le travail tout seul et ce même sans palette.

  5. Ah, ce que j’aimerais ça ! Les seules perchaudes que j’ai pêchées, c’est sur la rivière Richelieu, un été où nous avions rendu visite à notre fils qui habite Sherbrooke. Par contre, ma petite fille adore aller pêcher les petits poissons du lac. Belle fin d’hiver à vous.

Soumettre un commentaire