Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Banlieusardises

Remonter

Haut

6 commentaires

Projets d’aménagement au chalet

Projets d’aménagement au chalet
Martine Gingras

Comment ont été vos vacances? Les miennes s’achèvent sur une note reposante: je reviens d’une douzaine de jours tranquilles au chalet. Je n’irai pas jusqu’à dire que je n’ai pas levé le petit doigt… mais je ne l’ai fait que quand ça me convenait, généralement à l’heure des repas. Pour le reste: farniente! J’ai lu, pêché, joué à Scrabble sur mon iPad, dormi dans le hamac, roupillé sur la plage, dans une chaise Adirondack…

Chaise Adirondack au soleil couchant.

On n’est évidemment pas tous faits du même bois: pendant ce temps, le banlieusard s’affairait. Pour lui, une visite au chalet rime avec nouveaux projets. Il faut toujours qu’il en accomplisse un ou deux quand on est là-bas, à l’intérieur du chalet autant que sur le terrain.

Évidemment, on n’aménage pas un chalet comme un bungalow: on le veut à l’abri des modes, intégré à la nature environnante… On cherche l’authenticité.

À l’intérieur: lumière!

L’an dernier, une branche de bois pétrifié (ou bois fossile) trouvée au bord de l’eau a fait de l’œil au banlieusard bricoleur. Il a décidé de l’utiliser pour transformer une lampe de table autrement très ordinaire.

Lampe à pied de bois pétrifié.

En arrière-plan, vous avez aussi un aperçu du lustre au-dessus de la table, récupéré de la brocante et rafistolé.

À l’extérieur: opération paliers

En pente et sablonneux, le sol du terrain se dérobe. Quand même pas à vue d’œil: il s’érode peu à peu, au fil des ans, tranquillement, pas vite… Mais si on veut que nos arrières-arrières-petits-enfants aient encore un chalet dans lequel admirer la lampe de leur aïeul, il faut agir!

D’ailleurs, un programme est en place pour protéger les berges du lac: on a reçu de la municipalité des végétaux et la visite d’un éco-conseiller. Après évaluation de la situation, on a planté des végétaux, petits et grands, pour que leurs racines retiennent le sol, mais ça ne suffisait pas. Pour empêcher le sable de retourner voir le lac, il devenait nécessaire de couvrir plus large: on a décidé de créer des paliers de plantation.

Paliers de plantation de bois pétrifié.

Plutôt que des planches, on a opté pour une ressource locale: le bois pétrifié. En y ajoutant une bonne couche de terreau qui enrichit le sol, on a de beaux paliers prêts à accueillir des plantes qui peuvent vivre à l’ombre, dans un sol acide et sablonneux. Voici une vue de haut, prise de la galerie du chalet:

Paliers de plantation faits de bois pétrifié.

Une autre petite zone de plantation a été créée près de la galerie, retenue cette fois par de grosses pierres, avec un sentier pour circuler:

Plate-bande entourée de rochers.

Le sol sablonneux en pente ne pose pas problème que pour les plantations: il complique aussi l’installation d’un escalier pour aller au bord du lac. Depuis toujours, les marches sont composées de simples planches retenues de part et d’autres par des piquets . Ce serait parfait, s’il ne fallait pas relever chaque année quelques marches qui s’affaissent.

Le banlieusard a cherché une solution plus durable. Celle qu’il a retenue: des structures plus grosses, regroupant les marches en trio:

Un escalier plus solide.

Reste à voir comment le nouveau système supporte le poids du sable, de l’hiver, et des années. Mais à vue de nez, c’est du solide!

Commentaires

  1. Wow ! Ça semble être du bon labeur !

  2. Claire

    La lampe est magnifique :-)

  3. j’adore la lampe! wow!

    il a travaillé fort, le banlieusard! beau travail!

  4. Cet endroit me paraît magique ! Quelle chance vous avez. J’aime aussi beaucoup la lampe.

  5. Les photos sont excellentes !

Soumettre un commentaire