Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Banlieusardises

Remonter

Haut

6 commentaires

Quarante petits monstres pour quarante doses de méchant médicament

Quarante petits monstres pour quarante doses de méchant médicament
Martine Gingras

Quand une de mes filles a eu besoin d’un antibiotique récemment, les sages paroles du «Pharmachien» me sont revenues en tête: «pas la banane, pas la banane, pas la banane…» Alors on a fait un plan de match avec la principale intéressée, et on est arrivés bien prêts au comptoir de pharmacie: la saveur qu’on voulait? «N’importe quoi sauf la banane!» Nous sommes repartis glorieux en tenant fièrement un flacon d’antibiotique-pas-à-la-banane. Je crois que ça s’appelait petits fruits.

Puis on a ouvert le flacon, et offert la première dose: un tout petit 5ml à boire. S’en est suivie un pénible épisode durant pas moins d’une demi-heure: haut-le-cœur, variantes vocales sur le son beurk, tentatives de fuites… Bref, qu’on se le dise: saveur de banane ou pas-la-banane, un antibiotique à boire, c’est dégueu. Quand on a fini par voir le fond de la seringue qui servait à l’administrer, la pauvre enfant a voulu s’assurer que le plus dur était passé. Eh non. Tu en auras encore demain, et l’autre jour ensuite, et encore l’autre après, et ainsi de suite pendant dix jours. Quatre fois par jour. Elle n’en est pas encore aux multiplications, mais elle a saisi que ça faisait «beaucoup» de doses.

Dès la seconde dose, on a multiplié les astuces: feuilleter un livre de desserts, raconter des histoires drôles… Mais notre plus belle idée, la voici:

petits monstres

Quarante petits monstres pour quarante doses de méchant médicament!

On a dessiné quarante cercles et à chaque dose, on dessinait un monstre sur la feuille. Elle n’avait évidemment pas hâte pour autant à la prochaine dose, mais elle avait une meilleure idée de la progression, et on faisait ça joyeusement, en famille. À la fin, la championne arrivait même à boire le méchant médicament d’une traite, en trois quarts de secondes!

40 monstres

Quarante petits monstres pour quarante doses de méchant médicament!

Éventuellement, la feuille fut pleine de monstres, et l’infection enfin vaincue.

Si jamais on a de nouveau besoin d’administrer un antibiotique, je retiens la leçon: on prend n’importe quelle saveur, mais on s’assure surtout d’avoir sous la main… de beaux crayons de toutes les couleurs!

Commentaires

  1. C’est une belle idée toute simple. C’est en effet une manière pour les enfants de comprendre les quantités et le temps qui passe.

    Ma fille aînée (6 ans à la fin de semaine prochaine) pour la première fois de sa vie a dû prendre des antibiotiques. Elle ne savait pas du tout à quoi s’attendre comme goût. Son premier 7,5 ml a été une petite torture, mais il était tiède. Imaginer le prendre 3 fois par jour c’était déjà trop pour elle, en plus durant 10 jours, c’était le refus total.

    Mais puisque le médicament doit être réfrigéré les autres doses étant froides, elle a davantage apprécié le goût… justement style banane, dont moi-même j’ai souvenir et que j’ai détesté.

    Je retiens l’idée si jamais je me trouve à avoir à vivre une expérience plus difficile avec fille cadette, qui elle non plus à l’âge de 3 ans et demi n’a jamais pris encore aucun médicament sous prescription.

  2. Élise Belouin

    J’ai aussi eu une mésaventure avec un médicament que mon fils de trois ans devait prendre deux fois par jour pendant DEUX mois! Quelqu’un m’avait donné le truc de mettre de la poudre de jello pas diluée et mélanger avec le médicament! Originalement le médicament goûtait l’anis… Mais avec de la poudre de jello rouge…il avait hâte de prendre sa dose!! A trois ans les dessins et les crayons de couleur auraient eu moins d’attrait!!

  3. PAS LA BANAAAAAAAAAAANNNEEE!!!

    Mais sérieusement:

    1) Merci d’avoir mentionné ma BD nostalgique!

    2) Petit truc: dès que les enfants possèdent une dentition qui a de l’allure, les comprimés antibiotiques croquables deviennent une option! Ils n’existent pas pour tous les médicaments, mais peuvent être demandés par exemple pour l’amoxicilline (pénicilline), un antibiotique très souvent prescrit.

    Merci encore et A+!

    Olivier a.k.a Le Pharmachien

    • C’est un honneur et un plaisir d’avoir un petit mot du Pharmachien sur mon site! Merci pour le truc… On va demander pour les comprimés croquables, la prochaine fois!

  4. jacqueline

    Quand mes enfants étaient petits, m^me problème ! Jusqu’au moment où une marque qui produisait cet antibiotique bien classique a eu l’idée géniale de décorer la boîte en carton contenant le flacon avec 10 rangées de 4 « microbes » (correspondant à 4 prises par jour pendant 10 jours, donc). Lesdits « microbes » étaient légèrement perforés sur leur pourtour et il suffisait d’appuyer dessus avec une pique à cocktail (après avoir bu la mixture, bien sûr !)pour les envoyer au fond de la boîte. Ce qui est déjà jouissif pour un enfant, non ? Mais le mieux, c’est que ces « microbes », qui ressemblaient à de petites émoticônes, changeaient d’aspect au fur et à mesure du traitement : tout rouges et ricanants au début, pour finir la mine toute triste et tout blancs ! Simple, mais redoutablement efficace ! A mon avis, une idée à suggérer à votre pharmacien !

  5. Annick

    Je me suis justement batue avec mon garçon cette semaine, pour un antibio qui est tellement mauvais, c’est quasi de la craie liquide. 10 minutes de bataille pour un minime 4ml. Je lui fais maintenant manger un glaçon juste avant, maintenant c’est 2 secondes pour le contenu de la seringue. Pour les plus petits je ferais des popsciles.

Soumettre un commentaire