Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Banlieusardises

Remonter

Haut

23 commentaires

Théière Yixing

Martine Gingras

La vitrine bondée de théières d’un nouveau magasin de thé ouvert à la Place Rosemère a attiré mon attention. En fait, c’est une théière en particulier qui m’a captivée, encore plus, j’en suis certaine, que la lampe magique a attiré Aladin.

cigale.jpgJe ne suis pourtant pas une grande buveuse de thé, bien que j’apprécie un bon thé vert à l’occasion et, depuis tout récemment, le thé rooibos. Mais cette théière de terre cuite avait quelque chose d’unique dans sa confection, dans ses formes organiques évoquant ici des feuiles et là du bambou, avec une petite cigale veillant sur le couvercle… Je n’avais qu’une envie: tendre la main et confirmer ce dont j’étais déjà certaine: elle s’y loverait parfaitement, qu’elle m’irait mieux qu’un gant.

Bref, je l’ai su au premier regard, sans doute aucun: elle était pour moi. Chaque fois que je suis passée devant la boutique depuis cette première rencontre, je cessais presque de respirer, craignant que quelqu’un d’autre l’ait achetée, tout en sachant que ça arriverait tôt ou tard, puisqu’une théière était bien loin à la toute fin de la liste des nécessités et même du superflu à la maison!

Et pourtant! Hier soir, mon doux a rallumé les chandelles à une drôle d’heure, bien après le souper. Et il m’a tendu une grosse boîte joliment emballée: « Avec la naissance de la petite prévue pour le jour de ton anniversaire, je ne sais pas trop quand j’aurais pu te le donner cette semaine… » À me voir congestionnée, enrhumée, fatiguée d’avoir trop peu dormi, il a conclu qu’un bon thé au jasmin ferait autant de bien à l’âme qu’aux sinus! Et dans quelle théière l’a-t-on servi, ce thé, vous pensez?

theiere_entiere.jpg

Mon doux avait été longuement entretenu de la manière d’utiliser la théière au moment de l’achat, mais nous avons pris le temps d’aller lire abondamment sur ces théières en argile avant de nous lancer dans la préparation d’un premier thé.

J’en ai encore beaucoup à apprendre sur le service du thé et les merveilleuses théières Yixing, mais voici quelques notes préliminaires, en vrac:
· Les théières Yixing sont fabriquées depuis la dynastie Ming (1368-1644 de notre ère) dans le canton de Yixing. Pour en savoir plus sur leur confection, lisez l’histoire de la théière Yixing.
· Avant l’utilisation, il faut réchauffer la théière en y versant de l’eau chaude, à l’intérieur et à l’extérieur. J’ai aussi réchauffé les petites tasses de la même manière, histoire que le thé ne se refroidisse pas à leur contact.
· Ensuite, on place le thé, on le couvre d’eau chaude, on patiente quelques minutes. C’est l’hôte qui doit goûter le thé pour vérifier l’infusion avant de servir les invités.
· Les feuilles de thé peuvent être infusées jusqu’à 3 fois. Si on souhaite un thé avec très peu de théine, il suffit de jeter la première infusion et de ne boire que les deux autres.
· Il ne faut jamais laver la théière Yixing, mais simplement la rincer! Les pores de l’argile absorbent l’arôme du thé, rendant la théière «culottée» au fil du temps (comme une pipe). Il semble même qu’après plusieurs années d’utilisation, on pourrait y infuser de l’eau sans ajouter de thé!
· Dans un monde idéal, on n’utiliserait donc qu’une sorte de thé dans chaque théière d’argile. Non, mais c’est vrai, porteriez-vous la culotte d’un autre? ;-) Sans blague, n’ayant ni l’intention, ni les moyens de devenir collectionneuse de théières Yixing, je devrai sans doute me résoudre à commettre l’impair de l’utiliser pour plus d’une variété. Mais pas pour les tisanes, promis!

Envie de l’admirer encore un peu? Non? Eh bien tant pis, voici encore des photos, juste pour moi… Tout d’abord la jolie tasse en forme de feuille, munie d’une anse des plus originales, imitant le bambou, puis la théière de face, entourée des tasses:

tasse_yixing.jpg

Theiere-Yixing-019.jpg

N’est-ce pas qu’il a le tour, mon doux, pour les cadeaux d’anniversaire?

Commentaires

  1. Fannie

    Quelle belle trouvaille! La prise de vue et la disposition sur la dernière photo fait penser à une « maman théière avec ses petits derrière ». Vraiment mignon… On sent aussi dans ton propos que le thé au jasmin n’est pas l’unique remède à ton rhume… ;-) Ah! Les joies des petites et grandes attentions

  2. Petite Mule

    Magnifique, et vraiment original!
    Dis-donc, un homme si plein d’attentions, tu l’as trouvé où?? J’en veux un moi aussi!… ;)

  3. quel beau cadeau!(j’espère que mon gentilhomme, particulièrement doué pour les surprises lui aussi, lira ce message!) ;-)

    Une théière avec beaucoup de style, assurément. Y boire du bon thé réconfortant y sera un petit bonheur!

    Prompt rétablissement pour le rhume!

  4. Bichonne

    Wowwwwwwwwwww! Je ne suis pas très adepte du thé, mais ça donne vraiment envie de le devenir… Chapeau à ton homme pour le magnifique cadeau !

  5. Nadine, de l'autre bord de la rivière

    Ton Martin vient de se voir gratifié de AirLousses pour un bon bout de temps ! ;-)

    Quel magnifique objet ! Il faut absolument que je montre ça à mon doux ; pas parce que j’en veux une (quoique…) mais surtout parce qu’il reluque les théières des Chinoiseries (au Marché 440) depuis quelques années en espérant pouvoir s’en payer une un jour ! Je suis sûre qu’il n’en a jamais vu de si jolie… Profitez-en bien !

  6. C’est très touchant comme histoire.
    Bravo à ton doux pour ce cadeau.
    Attention, cette théière et les tasses sont tellement belles que la puce va surement croire que c’est un jouet !!!

  7. Chibi Sylphe

    Ce qu’elle est belle cette theiere! Je suis une grande amateure de the et un truc, j’ai deux theiere, une en terre cuite comme la tienne et une en porcelaine. Celle en terre cuite je la reserve pour mon the prefere (qui revient environ 3 a 5 fois par semaine ou pour les occasions speciales) et tout mes autres thes ou tisanes, je l’ai fait dans celle en porcelaine.
    Mon the prefere c’est un Bai-Mu-Dan (je ne suis pas sure de l’avoir bien orthographie), c’est un the blanc. Le the blanc provient comme le the vert, mais ce n’est qu’une partie tres precise de la plante qui est prise : Ce sont les feuilles recouvertes d’une petite mousse blanche, dans un sac a poubelle plein de the vert, on y trouve environ qu’une poignee de the blanc, alors il est tres cher et il etait reserve aux empereurs. Decidement, c’est le the qui va dans ma theiere, moi non plus n’aillant pas l’argent ni la place pour faire une collection de theieres!
    Le Bai-Mu-Dan, je l’achete au Camelia Sinensis, a Montreal sur Emery (la rue du cinema du quartier latin). C’est un the beaucoup moins amer que le vert!

  8. Chibi Sylphe, ce mystérieux thé blanc a décidément une excellente ambassadrice en ta personne. Tu me donnes définitivement envie d’en essayer!

  9. pimpim

    bonjour, bonjour,
    Mon doux à moi qui tâte la terre à ses heures perdues (nous pratiquons le Raku en famille) à eu l’air très intéressé par cette théière…Vais-je avoir une surprise d’ici peu ?? Façonnée de ses blanches mains elle n’en sera que plus belle !

  10. pimpim

    Arghhhhhhhhhhhhh je viens de penser que je n’ai pas encore ouvert le carton où sont rangées mes théières depuis mon déménagement…Sont-elles encore intactes ? Martine tu devrais goûter le délicat parfum floral du thé « aiguilles d’argent ». C’est un ravissement que je réserve pour les grandes occasions. A la naissance de la Petite tiens je vais m’en faire un pour fêter l’évènement !

  11. Chibi Sylphe

    Hehe,
    Et moi je suis curieuse du the « aiguilles d’argent » de pimpim, c’est un the vert? Ou le trouve-t-on?

  12. pimpim

    hello ! aiguilles d’argent est un thé blanc; Un peu chèr mais tout simplement…divin ! Manque de bol (ah ah, joke!) mon magasin favori vient de fermer, les qq grammes qui me restent sont donc quasiment sacrés !

  13. pimpim

    aiguilles d’argent = Yin Zhen, sûrement aussi bon que le Pai Mu tan.

  14. Je n’ai pu résister: je reviens du ThéSalon, où il ne restait malheureusement qu’une seule de leurs trois sortes de thé blanc: le Pai Loong Chu (white dragon ball). C’est d’un raffinement! J’aimerais beaucoup le comparer aux deux autres thés blancs que vous me suggérez :)

    Le conseiller sur place était adorable et m’a offert pour la naissance de la petite trois boules de thé «rouge des mille jours» (Quian Ri Hong). Vous connaissez? En se déroulant, ça fait une jolie fleur!

  15. pimpim

    Un mythe s’écroule : savez-vous quel est le comble de la mode actuellement à Hong Kong ???
    Boire du thé Lipton de base en sachet avec beaucoup de lait… et nous qui rêvons de Pai Loong Chu, Yin Zhen et autres Pai Mu Tan !

  16. Erlinda

    Martine, je viens visiter très souvent ton site ! Il me plait beaucoup…
    Pour les théières, je te suggère un compromis : utilise une théière non pas pour chaque thé, mais pour chaque type de thé, une pour le vert, une pour le noir et une pour le thé parfumé. Quand au thé blanc, tu peux éventuellement utiliser la théière à thé vert. Pour l’aiguille d’argent, c’est le meilleur thé blanc que je connaisse, largement au dessus du Bai mu dan (excusez l’orthographe), il s’infuse une vingtaine de minutes à 50 °C, c’est une vrai merveille !
    A bientôt !

  17. Deux mots : Wu-Long

    À mon avis, les thés les plus fascinants en matière de goût sont ceux qui proviennent de Taiwan. Sur ma liste de préférés de tous les temps, on retrouve le Si Ji Chun, le Tung Ting, le Ti Kuan Yin et le Wen Shan Baoh Zhong — des variétés qui s’avèrent être des thés semi fermentés (bleu-vert/Oolong/Wulong, selon l’appelation). Une saveur florale véritablement surprenante, à des kilomètres de ce que vous pourriez imaginer. On y revient assurément.

    En ce qui a trait à la façon d’utiliser les théières YiXing, nul besoin d’en posséder des centaines, une ou deux suffira selon vos goûts. Pour un thé avec un caractère particulier (pour ne pas dire curieux) comme le Pu-Erh (fermenté dix ans) et le Lapsang Souchong (fumé), je préfère utiliser une théière en porcelaine, qui ne se « souviendra » pas du goût. D’ailleurs, je me sers de ma théière en porcelaine pour l’infusion de tous les thés ; quand le mélange est prêt je le transfère dans les théières appropriées – ça permet de « geler » la qualité du thé et empêcher qu’il devienne trop amer si les feuilles sont laissées trop longtemps en contact avec l’eau chaude.

    Le thé blanc VS thé vert VS thé fermenté VS thé noir, c’est simplement une façon de désigner la méthode qui a été utilisée pour le produire. Le thé blanc est simplement la feuille séchée ; le thé vert est séché et légèrement torréfié ; le thé fermenté, comme son nom l’indique, compte une fermentation en plus d’une torréfaction. Ça n’a donc pas grand chose à voir avec la couleur du thé.

    Afin d’éviter de brûler les feuilles, et donc de gâcher le goût prévu pour vos papilles, il est bien de respecter une certaine température et un certain temps d’infusion. Des instructions en la matières sont habituellement remises lors de l’achat d’un sachet de thé de grande qualité, mais ça revient grosso-modo à ce qui suit :

    blanc : 55-70 degrés
    vert : 70-85 degrés
    fermenté et noir : 85-95 degrés

    À noter que l’eau qui bouille furieusement en tant que telle n’est pas souhaitée.

    Vous vous doutez que vous frappez là une de mes profondes passions, et formidable source d’inspiration.
    http://broccolipictures.com/images/TiKuanYin2.JPG

    Vous voulez en savoir plus ?
    http://www.camellia-sinensis.com/asp/the-b.asp
    cette maison-ci est l’endroit par excellence à mon avis. Et que dire du salon de thé qui s’y trouve, un paisible endroit à découvrir en solitaire avec un bon bouquin, et les cinq sens bien aiguisés.

    Bouquin (entre autres) :
    GUIDE DE L’AMATEUR DE THE – Montseren Jean
    Un superbe recueil qui renferme tout ce que vous devez savoir sur le thé, incluant des légendes aux contours fantastiques et aux saveurs magiques.
    THE BOOK OF TEA – Okakura Kazuo
    Un fascinant héritage du siècle dernier (littéralement) écrit en anglais par un japonais très allumé ; le thé étant ici un prétexte pour discuter des relations est-ouest. À lire.

    Ma déesse, la belle Josiane, part pour Taiwan pour une durée indéterminée. Qui sait, j’aurai peut-être droit à quelques envois postaux, originant des manufactures de thé des régions qu’elle choisira de visiter. Vous me verrez comblé…

  18. PatdOurs, merci d’avoir spontanément partagé ici tes connaissances sur le sujet. On m’avait dit que l’eau devait être à 80 degrés, mais je n’avais jamais rien lu sur les différentes de température à respecter entre les différents types de thés!

    Et puis dis donc, toi qui t’y connais manifestement beaucoup… que sais-tu du thé «rouge des mille jours» (Quian Ri Hong) dont je parlais plus haut, qui semble en fait être une fleur? J’ai fait des recherches sur le sujet sans trouver…

  19. Le thé dont tu parles est un thé façonné ; c’est la coqueluche récente des japonais (et des chinois), et elle a surtout pour but de plaire aux yeux. En fait il s’agit souvent d’un thé au jasmin plutôt banal, dont les feuilles les plus longues sont attachées par une ficelle à une fleur de chrysanthème séchée (ou autre fleur similaire). Le tout est « tressé » de façon à ce que le tout se déballe somptueusement au ralenti, pour découvrir la fleur au milieu de la boule.

    Joli spectacle pour les yeux, il va sans dire. Toutefois je préfère les thés traditionels. Au moment où j’écris ces mots, je déguste un excellent High Moutain, thé vert de Taiwan, qui n’est pas sans montrer des similitudes avec mes thés semi-fermentés préférés. Un collègue à moi l’a ramené de Taiwan, et le partage généreusement avec moi.

    Dans la même veine (thés plutôt curieux), je recommande le Pu-Erh dix ans. Vives effluves de terre qui rappellent les séances de rempotage de géraniums, ou quelquechose de différent selon la personne.

    J’aime bien d’ailleurs inscrire dans un cahier à croquis les impressions des gens à qui je fais faire les dégustation. Ce que ça évoque est souvent très différent d’une personne à l’autre. Ça va de « fleurs de lotus confites » à « quenouilles et poteries et odeur de cuisine de ma tante granola, celle avec les chaises tressées avec de la paille » et « vapeur d’eau du sortir de la douche » en passant par « champignons et écorce de bouleau » au tout bête « ça sent le foin ».

  20. Théière Dragon à cinq griffes

    Il était à l’origine un crime très grave de représenter graphiquement un dragon à cinq griffes si ce n’était pour l’usage strictement réservé à l’empereur. En gros, on vous tranchait la tête. Brrr…

  21. Bonjour, voici un site qui pourrait vous intéresser (www.t-for-tea.com). Avec mes meilleures salutations. Bencha.

  22. J’aurais bien aimé voir l’intérieur , il ya une grille ? Est ce qu’elle fait kss ksss ksss quand on verse de l’eau ?

Soumettre un commentaire