Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Banlieusardises

Remonter

Haut

9 commentaires

Contre-filet de bison au rhum et aux graines de myrica

Contre-filet de bison au rhum et aux graines de myrica
Martine Gingras

Je continue de m’amuser avec les épices du Québec! Hier soir, la délicatesse de gadelle sauvage a parfumé des croquettes de pomme de terre et courge (en arrière-plan sur la photo): en simple purée, c’était fameux, mais la friture a donné un résultat peu concluant, suitant l’huile. Recette perfectible, donc…

Le vrai succès de la soirée: le contre-filet de bison mariné au rhum et aux graines de myrica. Il faut dire que, d’emblée, quand j’ai plongé le nez dans tous les petits pots en recevant ma commande d’Origina, c’était une favorite: l’odeur est franche, puissante, avec des effluves de résine qui m’ont transportée illico au chalet.

Je ne pensais ja-mais que les filles apprécieraient. À dire vrai on n’avait même pas prévu de portions pour elles, mettant plutôt dans leurs assiettes un combo de croquettes et de restes de poulet de la veille. Présomption, quand tu nous tiens! Elles ont pigé dans nos assiettes, redemandant un morceau et encore un morceau et encore un autre, tant et si bien que je crois qu’elles ont finalement mangé plus de bison que les parents… Il faudra en refaire (mais peut-être une variante mieux adaptée aux jeunes gourmandes, remplaçant le rhum par du jus de pomme ;-))

Recette

Ingrédients

  • 2 contre-filets de bison
  • 3-4 graines de myrica, concassés au mortier
  • 1 c. à table de rhum
  • 1 c. à table d’huile de pépins de raisin
  • 1 c. à thé de miso
  • Fleur de sel (au goût)

Préparation

  • Mélanger ensemble le rhum, l’huile, le miso et le myrica concassé, verser sur les contre-filets et mettre à mariner au frigo 2h, en les tournant de temps en temps pour bien les imbiber sur les deux faces.
  • Pré-chauffer une poêle à feu moyen-élevé (la mienne est en fonte et striée, d’où le joli look barbecue en plein hiver) et faire griller les contre-filets des deux côtés jusqu’au degré de cuisson désirée.
  • Parsemer de fleur de sel au moment de servir et décorer d’une ou deux graines de myrica.

Commentaires

  1. Elise

    Voilà! La commande d’épices est faite! Très très difficile de résister à toutes ces descriptions allléchantes! J’ai tellement hâte de me plonger (enfin presque) le nez dans toutes ces odeurs!

  2. J’ai aussi craqué sur ces épices qui sont vraiment très bonnes. L’histoire est aussi intéressante car c’est une coopérative forestière qui a décidé de se diversifier, plutôt que de faire simplement de la coupe de bois.
    J’ai d’ailleurs une très grosse commande de ces épices qui part a Shangai pour répresenter la gastronomie canadienne lors de l’Exposition Universelle 2010.

    • C’est un plaisir de te lire, Cédric! Tu fais un travail fantastique pour la promotion des produits d’ici… et c’est merveilleux d’apprendre que nos saveurs commencent à s’exporter. Espérons qu’elles feront leur chemin aussi dans les cuisines du Québec ;-) Merci aussi pour la note de « background » concernant la coopérative, je ne connaissais pas ce bout de l’histoire.

  3. cindy

    Bonjour, en effet ce sont des épices fascinantes…et une variété de 21 épices ne gagnent qu’à être connues! http://www.dorigina.com et vous pourrez suivre le développement de ces produits. Moi-même je tente des nouveautés chaque semaine.

    un véritable plaisir.

  4. Quelle belle recette et que dire de ces épices…
    Je dois m’en procurer car j’ai de belles idées de desserts!

  5. Pat

    Miam miam! J’ai fait cette recette hier soir et c’était excellent. Je n’avais pas de miso alors j’ai remplacé par de la sauce soya (surement pas aussi gouteux). Où te procures tu ton miso? J’ai fait 2 épiceries ou je me suis fait regarder avec des gros yeux quand j’ai demandé!

    • Hé hé! Contente que ça ait plu! Je trouve le Miso de marque Massawippi autant au petit marché Metro du coin qu’au gros IGA, au rayon des aliments bio. On est gâtés, hein? Sinon, il y en a dans les boutiques d’aliments naturels (style Vogel). Le miso, c’est un must chez nous: j’en utilise pour saler mes bouillons de fondue chinoise, pour assaisonner mes rôtis (mélangé à de la moutarde et du beurre), les soupes, même dans mes vinaigrettes!

  6. Cette recette semble vraiment interessante. L’utilisation du rhum est rare avec la viande. Mais je n’hésiterais pas à essayer… Bonne continuation.

Soumettre un commentaire