Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Banlieusardises

Remonter

Haut

Fromages et beurres

De quoi ajouter onctuosité et personnalité tout à la fois dans un plat. Je n’en suis pas encore à faire moi-même les fromages, mais ça viendra!

Escargots au vermouth et au yogourt des Balkans

2 mars 2009 | 10

Je n’ai pas toujours aimé les escargots. Longtemps, je les ai considérés comme caoutchouteux… Dans mon échelle d’appréciation, ils arrivaient juste au-dessus des champignons. Ceux qui me connaissent savent que ce n’est pas une référence ;-)

Et puis un jour, … Suite

Raclette à l’heure du brunch

28 décembre 2008 | 16

On les aime, nos enfants. Mais surtout, on les aime charmants avec la visite. Et pour qu’ils soient adorables, ils doivent avant tout être REPOSÉS. Recevoir le midi empiète immanquablement sur l’heure de la sieste de l’après-midi… DANGER! Recevoir le soir oblige soit à repousser un peu trop l’heure du dodo… DANGER aussi! À moins qu’on fasse participer les invités au rituel du soir, ce qui peut être, j’en conviens, assez amusant…

On finit par préférer les formules «intermédiaires», mélangeant deux repas en un: il y a le classique brunch (contraction entre breakfast et lunch), qui permet à la visite d’arriver alors que les enfants sont joyeusement réveillés et de partir juste avant la sieste. Il y a maintenant aussi le slunch, un souper-lunch, néologisme dont m’a instruite ma copine des Peccadilles, qui est aussi le thème du dernier livre de la blogueuse Pascale Weeks, un petit goûter servi à l’heure du thé… soit juste après les siestes. On n’a toujours pas eu l’occasion de tester la formule, mais ça viendra certainement…

Pour le repas familial de Noël, cette année, on a organisé un brunch avec mes parents au lieu de les inviter à souper. Au menu, une raclette bien spéciale, adaptée à l’horaire: les fromages étaient moins corsés que pour une raclette traditionnelle, et au lieu de proposer des viandes à griller sur la plaque, on versait du mélange à crêpes de sarrasin et on faisait dorer du pain. Dans les barquettes, chacun composait selon son inspiration: pommes de terre, canard séché, rôti maison, fromage, fruits…

brunch_raclette_gen.jpg

Je me souvenais avoir vu l’idée d’un tel concept dans un feuillet publicitaire des épiceries IGA, l’an dernier… je ne sais plus trop ce qu’il y avait sur leur table, mais si ça peut vous inspirer, voici ce qu’il y avait sur la nôtre le 25 décembre!
Suite

Croquettes de fromage bleu à l’abricot

27 octobre 2008 |

Ce samedi, nous avions 4h sans les enfants avant, pendant et après le repas du soir. Mission: fêter nos 12 années d’amouuuuuur aussi plaisamment (et rapidement) que possible ;-)

Dans la journée, le doux avait attrapé une demi-bouteille de Veuve Cliquot, qui déjà donnait un peu le ton à la soirée. Alors après avoir reconduit les filles chez mes parents, nous sommes allés à la pêche aux huîtres fraîches (à l’épicerie, bien sûr, sans quoi on y aurait mis un peu plus que les 4h prescrites): une caisse de Caraquet Fancy Gourmet, quelques Raspberry Point (qu’on aime toujours autant) et aussi un nouvel essai: la North Point.

Au retour à la maison, pendant que le doux s’attaquait au nettoyage et à l’ouverture des huîtres, je résistais tant bien que mal à l’envie de ramasser les jouets épars, plier des couches, faire le ménage du frigo… Plutôt mal que bien, à dire vrai. Il faut dire que je ne suis pas habituée à ne pas être en charge de la cuisine…

Je devais trouver de quoi m’occuper et vite, d’où l’idée de préparer une petite entrée rapide: des croquettes de fromage fondu.

rosenborg_abricot.jpg

C’est une recette toute simple de fromage pané, que j’ai faite avec un bleu à l’abricot (j’aime bien cette série de Rosenborg, aussi offerte en version à la poire ou aux canneberges), mais qu’on pourrait très bien imaginer avec un autre type de fromage (comme le chèvre, le brie ou le camembert — Pascale de C’est moi qui l’ai fait en proposait une version il y a quelques années)…

croquettes_bleu.jpg

Vous remarquerez que mes carrés se sont légèrement affaissés… c’est que j’ai laissé mes croquettes un peu trop longtemps dans l’huile, alors le fromage a eu tendance à fuir! Pour des croquettes qui se tiennent un peu mieux, on limite le temps de friture au minimum. On peut aussi congeler les morceaux de fromage une quinzaine de minutes avant de préparer la recette (quand on n’est pas en pleine course contre la montre avant le retour des enfants!)
Suite

Hémérocalles farcies à la ricotta et aux câpres

6 août 2008 |

L’hémérocalle est une fleur au goût subtil, qui rappelle celui d’une laitue. Tant qu’à comparer, allons-y franchement: je dirais que c’est la iceberg des fleurs comestibles! Elle s’accommode donc de bien des saveurs (sucrées aussi bien que salées) et sa … Suite

Yogourt maison: une expérience juste un peu frustrante

12 février 2008 | 19

Je me prends parfois à rêver de petits déjeuners chaque jour réinventés, ponctués de cuillerées blanches et onctueuses de yogourt maison, tantôt parsemé de petits fruits, tantôt sucré au sirop d’érable ou au miel, ou simplement dégusté nature… rhaaaaaaa… et puis je fais l’inventaire de ce qui s’empile dans les armoires et sur les comptoirs de cuisine: sorbetière, créature à raclette, four grille-pain, cafetière espresso, centrifugeuse, presse-agrumes, robot culinaire, mixette, friteuse, déshydrateur. Pfff! J’ai conclus que si une yaourtière rentrait ici, une autre machine devrait sortir. Et puis j’ai oublié l’idée.

Mais il y a quelques jours, elle a insidieusement refait son chemin. C’est un peu, beaucoup, voire même entièrement la faute de la frustrée, qui a partagé sa technique étape par étape. Après lecture, il n’y avait toujours pas plus de place dans mes armoires, mais je commençais soudain à imaginer ma vie sans crème glacée maison, ou sans raclette, ou sans saumon confit, afin de me lancer à mon tour dans l’expérience du yogourt maison…

Et puis je me suis souvenue que mon père en avait une, de yaourtière. Et que bien qu’il préparasse (?!?) du yogourt à l’occasion, sa machine était inutilisée depuis plusieurs mois. Alors j’ai remis à plus tard la négociation de l’espace dans la cuisine, et je l’ai tout simplement… empruntée. Un emprunt, ça ne prend pas de place dans les armoires: on le laisse toujours à vue, comme si on était sur le point de le remettre. Et surtout, on l’utilise. À preuve:

yogourt_maison.jpg

Mon premier yogourt maison! La texture est parfaite: il est ultra-riche, ultra-crémeux, ultra-bon… même la grande en a redemandé par deux fois après y avoir d’abord goûté du bout des lèvres! D’accord, elle a aussi exigé que je le noie dans le sirop d’érable, mais quand même, il y a l’ombre d’un soupçon d’un début de témoignage d’appréciation.
Suite

Crevettes grésillantes aux tomates, poivrons et manchego

21 octobre 2006 |

L’un de mes livres de cuisine les plus inspirants m’a été offert il y a plusieurs années de cela: Le fromage, une passion, de Paul Gayler. Les photos sont alléchantes à faire baver, tant et si bien qu’après quelques années, les feuilles sont maintenant toutes gondolées. Allons, bon, j’exagère, mais à peine… ;-)

Les quelques recettes que j’ai essayées étaient excellentes, dont l’une au point de devenir un classique chez nous: les crevettes grésillantes avec sofrito, poivrons et manchego. C’était la première fois que je voyais le terme sofrito, qui est le nom donné au mélange classique d’oignons, ail et tomates qu’on laisse épaissir au début de cette recette. Nous sommes sans doute nombreux à cuisiner le sofrito à notre insu, tout comme monsieur Jourdain faisait de la prose sans le savoir!

crevettes_sofrito.jpg

Je ne me lasse pas de refaire ce plat, et j’ai eu beau vouloir y mettre du mien pour l’améliorer, en variant le fromage ou les légumes, je n’y arrive pas: il est vraiment parfait tel quel. Alors j’y suis fidèle…

sofrito_livre.jpg

Très, très, très fidèle! Tout ce que j’ai ajouté dans la version d’hier soir, c’est un peu de pimentón, qui relève l’ensemble plus que le paprika de la recette originale. Ah, et aussi, je n’ai pas réalisé un vrai sofrito, puisque j’ai ajouté de l’oignon vert en fin de cuisson au lieu de faire revenir de l’oignon en début de cuisson.
Suite