Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Banlieusardises

Remonter

Haut

Réno & Déco

Tout pour aménager le bungalow

Mon coin couture (et ma passion délirante pour les tissus)

28 octobre 2007 |

Je ne sais pas coudre. Et pourtant, vous n’avez pas la berlue… Je viens de m’offrir une machine à coudre. Et pas n’importe quoi: la cadillac des machines à coudre. Une Janome. Achetée usagée (quand même) après avoir lu de nombreuses critiques (on ne se refait pas) qui m’ont convaincue que le modèle que j’avais déniché serait parfait autant pour la débutante que je suis que l’intermédiaire que je deviendrai un jour.

decor_macro.jpg

Et je n’ai pas que la machine; j’ai aussi un vrai de vrai coin couture pour aller avec:

coin_couture.jpg

Bien éclairé, et surtout, bien au chaud pour avoir un peu d’agrément pendant les froides soirées d’hiver!

couture_vue_poele.jpg

Un coin couture alors qu’on ne coud pas… Tombée sur la tête, la banlieusarde? Que non. Je suis plutôt tombée sur des tissus. C’est un peu la faute à ma belle-mère… à moins que ce ne soit grâce à elle? En tout cas, ça remonte à cet été, lorsqu’en prévision de la naissance de ma deuxième, elle a accepté de me faire un porte-bébé chinois (mei tai). «Je te laisse le soin de trouver des tissus à ton goût.»

Oh. My. God. En fouinant sur eBay, puis en remontant la filière jusque dans des boutiques spécialisées, j’ai découvert un univers fabuleux. Des designs inspirés. Des tissus à rendre fou. Qui, par malheur, font partie de collections et se marient merveilleusement à d’autres tissus dont on s’entiche aussi. On voudrait tous les acheter!
Suite

Pour en finir avec les rénovations de la salle de bain

15 août 2007 |

Depuis le 14 novembre dernier, je ne vous ai jamais reparlé de l’avancement des travaux de la salle de bain (débutés, je vous le rappelle, en août 2005). J’avais une excellente raison de ne pas aborder le sujet: après l’installation de la douche, les rénovations sont retombées au point mort.

Eh oui, une fois franchie cette étape cruciale à notre confort, mon doux a de nouveau rangé les outils «pour quelques jours» dans le meuble du lavabo et la pharmacie. Comme il n’y avait que pour deux ou trois petites journées de «travail de finition» (pose de céramique au plancher, robinetterie, remplacement de la toilette), c’était plus simple de les garder à portée de main pour la suite des travaux que de les remettre dans l’atelier. Le hic, c’est que l’horaire chargé du doux n’a jamais pu faire place à ces petites journées!

Quiconque a déjà joué les rénovateurs du dimanche sait que dès qu’on a le malheur de s’interrompre, la force d’inertie prend le dessus, il est quasiment impossible de relancer les travaux. Les mois passent et on en vient à trouver normal que, quand on plonge une main dans le meuble du lavabo, il faille y regarder à deux fois pour s’assurer qu’on a bien sorti une brosse à cheveux et non un marteau! Et on finit par trouver logique d’aller chercher un gallon à mesurer dans la pharmacie plutôt que dans le coffre à outils…

pharmacie_interieur.jpg

Et puis soudain, il y a comme une étincelle: le projet redémarre et se termine en deux temps, trois mouvements! Désolée de vous annoncer ça de but en blanc, sans ménagement. Je sais ce que c’est: moi aussi, ça m’a fait un choc.
Suite

Les vacances de la construction: un mythe!

25 juillet 2007 |

Petit préambule à l’intention des lecteurs hors-Québec: ici, les travailleurs du secteur de la construction prennent majoritairement leurs vacances pendant les deux dernières semaines de juillet. Et leur petite famille aussi. Ça fait donc beaucoup de monde en congé, en même temps. Résultat: le reste de la population essaie de ne surtout pas prendre congé pendant cette période où les routes sont encombrées (surtout au début et à la fin des deux semaines) et les attractions touristiques bondées… Les petites madames enceintes dont la date prévue d’accouchement est au mois d’août et qui font refaire leur sous-sol dans les mois qui précèdent s’inquiètent auprès des entrepreneurs des mois à l’avance: qu’arrivera-t-il pendant les vacances de la construction?

À la veille de notre départ pour un long week-end de trois petites journées au chalet, les travailleurs qui s’activaient au sous-sol n’en croyaient pas leurs oreilles: « Vous n’allez quand même pas rouler LE vendredi soir du début des vacances de la construction?» Pas le choix: ensuite, le chalet serait loué, on aurait trop d’ouvriers à coordonner au sous-sol pour les rénos et puis on approcherait d’un peu trop près de ma date prévue d’accouchement pour que je me permette de faire une si longue route.

Alors oui, on allait rouler CE vendredi soir-là. Départ: 20h. État des routes: dégagé. Temps de voyagement: 2h40, comme d’habitude. Même scénario au retour, le lundi soir. Pas le plus petit ralentissement, même pas à Saint-Jérôme, où des travaux majeurs réduisent à une voie l’autoroute qui en compte habituellement trois.
Suite

Mouli parsmint – tel que jamais vu à la télé!

18 juillet 2007 | 17

De retour d’un long week-end en famille au chalet de mes beaux-parents, au Lac-du-Cerf. Ce fut l’occasion de refaire le plein de bon air (avant de revenir loger dans l’air empoussiéré de mon bungalow en rénos), d’énergie (après deux gros mois de boulot acharné pour mon doux et de vie de mère monoparentale pour moi), de dépaysement (avant de ne plus pouvoir me permettre d’aussi longs voyages, la date d’accouchement se rapprochant de plus en plus) et d’étonnants instruments de cuisine antiques, comme celui-ci:

mouli-parsmint-haut.jpg

Nous étions à une vente de garage, et un monsieur avait aligné une dizaine de machins, patentes et bidules culinaires qui nous laissaient pour la plupart dans le doute le plus total quant à leur utilité. Imaginez qu’on montre des instruments de cuisine «tels que vus à la télé» à nos arrières-arrières-arrières-petits-enfants, et vous ne serez pas loin de ce qu’on a vécu en arrivant à sa table!
Suite

Surprise, on excave!

18 juin 2007 |

Merci aux bonnes âmes qui ont prié pour qu’un ange débarque avec sa pépine dans des délais moins longs que ce que laissait entrevoir le premier excavateur venu soumissionner: moins de deux semaines plus tard, nos voeux ont été exaucés!

En fait, les travaux d’excavation autour de la maison devaient commencer possiblement demain, plus sûrement mercredi. Commençant à connaître le monde de la réno (que je croyais), j’ai pris pour acquis que ce serait mercredi.

excavation_avant.jpg

J’avais tout faux. On dirait bien que je suis tombée sur l’un des rares entrepreneurs (le seul?) qui mette en pratique la maxime under promise, over deliver… Lundi matin, première heure, l’ange de l’excavation et sa pépine orange se sont matérialisés sur le terrain, avec comme mission de ne pas quitter avant d’avoir creusé une tranchée tout autour des fondations.
Suite

Les rénovations du sous-sol: c’est parti…

7 juin 2007 |

Je manque de temps pour vous raconter dans le détail les péripéties entourant les rénovations du sous-sol. Quand même, en quelques mots et en images, sachez que…

… depuis un mois, l’étage a été réaménagé en une sorte de décor postmoderne où se côtoient les objets les plus hétéroclites: planche à repasser à côté de la table à dîner, amoncellement de boîtes tout autour des lits, collection de divans disparates au salon, armoires-débarras qui débordent et j’en passe.

… depuis deux semaines, je n’ai plus de bureau à moi — il fallait faire de la place pour des boîtes, des boîtes et encore des boîtes– et je me félicite d’avoir acheté un portable plutôt qu’un mastodonte fixe comme dernier ordinateur.

… depuis une semaine, je n’ai plus accès à mon duo laveuse-sécheuse, qu’il a fallu caser de part et d’autre du poêle à bois, au sous-sol, seul petit coin qui n’allait pas être touché par la démolition (et en l’absence de ces appareils que j’utilisais aux deux jours, je n’ai qu’une chose à déclarer: merci maman.)

sous-sol-demoli9.jpg

… depuis lundi, je n’ai carrément plus de sous-sol.
Suite