Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Banlieusardises

Remonter

Haut

Couches lavables ou jetables?

Martine Gingras

Avant même la naissance de ma fille, quand j’ai annoncé à la ronde que j’utiliserais des couches lavables, j’ai eu droit à des regards horrifiés, des tapes de compassion dans le dos et même des promesses de canonisation pour la sainte martyre que je serais. Devant ces réactions pour le moins décourageantes, j’avoue avoir hésité: étais-je en train de m’embarquer dans une aventure impossible?

Autant par conviction écologique que pour des raisons économiques, j’ai quand même été de l’avant et ai commandé à l’avance un lot de 24 couches de coton. J’ai aussi acheté une boîte de couches jetables pour nouveau-né, en me disant que j’adopterais un système mixte: couches jetables à l’extérieur de la maison, et lavables chez moi (donc la majorité du temps). Une fois ma précieuse cargaison arrivée, plus question de reculer!

Couches-vue-d_ensemble.jpg

Laver, laver, laver, et encore laver

Honnêtement, je trouve que la réputation qu’on fait aux couches lavables est surfaite et décourage inutilement les nouveaux parents d’opter pour ce choix. Dans les faits, il y a peu à redire des couches lavables, sinon l’évidence: leur principal désavantage est précisément d’être… lavables. Car avouons-le: on ne les choisis pas dans la joyeuse perspective de les laver, mais plutôt dans celle de ne pas envoyer au dépotoir des milliers de couches qui mettront des siècles à se décomposer.

Mais le fait est qu’il faut les laver. Et les laver encore. Et encore. J’avais acheté un lot de 24 couches en espérant faire des lavages aux trois jours, mais mon adorée ne supporte pas le plus petit pipi dans sa couche. Comme elle en passe plus d’une dizaine par jour, j’ai dû en racheter quelques unes, et je dois quand même impérativement laver aux deux jours. Ce n’est pas une sinécure.

Ceci dit, l’utilisation de couches jetables ne sauve pas du lavage pour autant. Je vous en reparle plus loin lorsqu’il sera question des fuites…

Vive l’urine mouillée!

Bien sûr, la couche jetable garde bébé au sec plus longtemps (l’urine est rapidement absorbée et transformée en une substance solide et sèche), mais est-ce souhaitable? Je préfère pour ma part une solution plus naturelle, avec laquelle bébé fait la différence lorsqu’il est mouillé et lorsqu’il est au sec, même si c’est au prix de nombreux lavages.

La rumeur veut d’ailleurs que les bébés aux couches lavables deviennent propres plus rapidement que ceux pour lesquels on a utilisé des couches jetables, mais il n’y a à ma connaissance aucune étude comparative sérieuse sur le sujet.

Ma petite prévient par ses pleurs avant, pendant et après un pipi, peu importe qu’on lui mette une couche lavable ou une jetable; elle sera sans doute propre rapidement, mais je ne crois pas que le choix des couches soit en cause…

Peu de fuites

Un des grands avantages que j’ai trouvé aux couches lavables est la quasi-absence de fuites: les rares fois où il y en a, elles ne s’aventurent pas plus loin que le couvre-couche et les vêtements sont épargnés. Tout l’inverse des couches jetables (j’en ai essayé 4 sortes, de différentes grandeurs), avec lesquelles j’ai systématiquement des problèmes.

Les fuites d’urine dans les couches jetables surviennent généralement lorsque j’allaite: la petite étant couchée sur le côté, l’urine a le temps de fuir par l’entre-jambe avant d’être absorbée par la substance solidifiante.

Mais les pires fuites surviennent lorsque se présente un caca explosif: je ne sais pas si la mienne a un sphincter particulièrement puissant, mais j’ai beau ajuster la couche au plus serré, ça lui remonte généralement jusque dans le dos! Bref, avec les couches jetables, on ne lave pas de couches, mais on lave et on relave tout le reste à tout bout de champ; du moins, c’est mon expérience.

Moins d’érythème?

Certains affirment que les bébés souffrent moins d’érythème fessier lorsqu’on opte pour une solution naturelle comme les couches de coton. Dans mon cas, ça ne s’est pas passé ainsi, loin de là! Ma petite a souffert d’érythème pendant plusieurs semaines après sa naissance.

La situation s’est particulièrement aggravée lorsqu’elle a commencé à faire ses nuits: sa peau fragile ayant été en contact prolongé avec l’urine, elle se réveillait avec les fesses irritées à un point tel que j’en pleurais pour elle… ou plutôt, avec elle!

Plus que les pommades de zinc, c’est le temps qui semble avoir fait passer les épisodes d’érythème. Sans doute sa peau est-elle moins fragile que dans ses premières semaines de vie.

Grosses foufounes

Il y a un désavantage des couches lavables dont on parle trop peu: la majorité des modèles font de grosses foufounes à bébé, de sorte que le califourchon se trouve à descendre beaucoup plus bas qu’avec des couches jetables. Ça ne me pose pas problème sur le plan esthétique, mais plutôt sur le plan pratique: les vêtements sont pour la plupart conçus pour des fesses enrobées de minces couches jetables.

Avec le califourchon qui descend d’un bon pouce, les bas de pantalons descendent systématiquement sous les pieds et il faut les rouler (surtout si bébé est court sur pattes, comme la mienne). D’autres vêtements qui ont cessé de faire à ma fille quand elle porte des lavables peuvent continuer d’être portés un bon mois avec des jetables (c’est vous dire la différence de grandeur!) Par ailleurs, certains pantalons sont difficiles à passer par-dessus les couches lavables. Avec la popularité croissante des couches lavables, j’ose espérer que les créateurs de vêtements s’adapteront eux aussi à la longue.

Laquelle choisir?

Trève de théorie, vous voilà convaincus: vous allez passer aux couches lavables. Vous entendez parler de diverses marques. Au Québec, il est surtout question de Bummis, La Mère Hélène, Les Indispensables, Kushies, Bébé d’Amour… mais avec Internet, on a aussi facilement accès aux Bumkins AIO, aux Happy Heiny’s, aux Fuzzi Bunz, aux Wonderoos et à tant d’autres! Vous comptez sur les commentaires d’autres parents pour bien choisir (peut-être est-ce d’ailleurs ce que vous attendez de cet article: une recommendation pour la couche idéale!)

J’ai le malheur de vous apprendre qu’il n’y a pas de couche idéale. En fait, il y a des choix meilleurs que d’autres à la base, bien sûr, mais entre tous les bons produits, choisir celui qui convient le mieux à la morphologie de votre bébé, à votre budget et à vos besoins ne peut se faire que par l’essai de plusieurs combinaisons de couches (préformées, plates, tout-en-un, à pochette) et de couvre-couches (culotte ou à attache). La plupart des vendeurs de couches proposent des lots d’essai, qui vous permettent précisément de tester différents produits.

C’est d’ailleurs maintenant que j’ai trouvé ma combinaison idéale que je me sens prête à abandonner complètement le système mixte pour utiliser plutôt les couches lavables autant chez moi que sur la route. Alors avis aux amis qui doutaient de mon engagement envers les couches lavables: après maintenant 5 mois d’utilisation, j’attends toujours ma canonisation…

Un peu de patience: au cours des prochains jours, je vous reviens avec une analyse personnelle des avantages et inconvénients des différents types de couches (préformées, tout-en-un, plates, à pochette) et des couvre-couches (culotte ou à attache)!

Commentaires

  1. Un gros merci Martine de partager avec nous sur ton expérience et tes appréciations. Je dois dire que j’ai très hâte de lire ton prochain billet sur le sujet!

  2. Zia

    C’est un super exposé que tu viens de faire ! Tu touches plusieurs points importants dont on oublie souvent de parler. Entre autre, c’est tout à fait vrai qu’il est bon d’essayer plusieurs sortes de couches pour voir ce qui nous convient.

    Et je me permets un petit conseil en passant, si tu as l’intention d’utiliser des lavables « sur la route », je te recommande fortement le sac à couches souillées de la Mère Hélène :http://www.merehelene.com/fr/couche-accessoire.aspx C’est un sac très étanche à fermoir éclair qui permet de stocker plusieurs couches sales. J’aime tellement le mien que je l’apporte même au chalet et je l’ulitise comme sceau à couches. En plus, il résiste très bien aux lavages.

  3. bibitte

    Toutes mes félicitations aux mères qui optent pour le lavable. Personnellement, j’ai essayé pour ma fille il y a 14 ans et…à tous les pipi (et autres), je devais changer: la couche, la camisole, le pyjama, le drap contour,… J’ai vite changé d’options et suis restée avec les Pampers pour mon fils.

  4. Je parlais justement de couches lavables avec mon doux et sa mère, dernièrement. Il est clair que si j’ai un bébé, je veux faire comme toi, Martine! Mais … tu aurais dû voir l’air à mon conjoint et sa mère, lorsque je leur ai dit cela… J’avais l’impression d’être une grano jugée par un gros président de compagnie!

    L’idée d’utiliser des couches lavables fera son chemin, comme celle d’avoir un poupon, j’en suis confiante! :-)

    Bravo à toi de tenir ton bout! C’est encourageant!

  5. Lia

    Merci et merci encore,Martine pour cet excellent résumé de la situation! J’aurai une autre bonne référence à donner lorsque des proches aborderont le sujet avec moi. J’ai maintenant 39 mois d’expérience de couches lavables et j’en suis fière. En ce qui concerne une propreté précoce, ce ne fut pas le cas, ma fille est devenue propre à 27 mois et on verra pour mon fils d’un an. Les seuls moments où nous utilisons du jetable, c’est pour les séjours de plus de 3 jours à l’extérieur de la maison. Ne lâchez pas et rappelez-vous qu’en bout de ligne c’est la machine à laver qui lave les couches!

  6. cali21

    bonjour!
    adeptes deslavables egalement, je suis tres contente de trouver un article la dessus dans ton site deja super!!!! et donc, encore plus aujourd’hui!!!! lol

    je rajoute juste que aussi bien pour des raisons ecologiques, les lavables sont meilleures aussi pour la garcons. En effet, il fait plus chaud dans une couche jetable, et la température des bourses des petits garcons est donc de 2° supérieur a ce qu’elle devrait etre.
    Sachant qu’aujourd’hui 1 couple sur 6 a recours a la procreation medicalement assistée, serait il possible d’y voir la un lien de cause a effet???

    je suis aux lavables aussi depuis 6 mois environ, et pour les problemes d’erythemes, des que ma pepette commence a avoir les fesses rouges, je lui mets une doublure en polyster. Resultat genia, radical et rapide, bien que j’utilise donc une substance petrochimique.. mais bon, c’est quand meme pour le bien etre…!!!!

    alors celles qui hesitent… n’hesitez plus lancez vous!!!!

  7. Marie l'urbaine

    YÉÉÉÉ !
    Mais comment se fait-il qe ce sujet m’intéresse tant ?!

    Zia, tout à fait d’accord pour le sac de couches souillées, moi aussi je m’en sers comme seau à couches au chalet !

    Martine, je suis bien déçue pour toi que tu doives encore faire un lavage chaque 2 jours. Depuis que j’ai cessé de changer le petit à chaque boire (« entre deux seins » comme on me l’avait recommandé dans les premiers temps, pour réveiller bébé afin qu’il puisse boire aux deux seins), je lave mes couches – j’en ai 26 – aux 4 jours. Donc je ne me sens vraiment pas une bonne candidate à la canonisation (!) En effet, avant bébé je faisais une petite brassée de blanc par semaine, maintenant je lave mes quelques items blancs en même temps que les couches, soit 2 fois par semaine (et même un peu moins). Qu’est-ce que c’est, une brassée de plus par 8 jours ?!

    Sinon, Cali21, merci d’aborder le problème de la stérilité par rapport aux couches jetables ! En effet, il y aurait un lien à cause de la chaleur dans laquelle on enferme les testicules des petits (et quiconque a lu Mal de Terre d’Hubert Reeves est hanté par ces statistiques démontrant que le taux de spermatozoïdes dans le sperme a chuté en Occident de 50% en 50 ans !!! – v. p.159 ) Quant aux filles, certaines études voient un lien entre les couches jetables et le cancer de l’utérus (le produit qui permet à l’urine de devenir solide était autrefois utilisé dans les tampons hygiéniques, procédé défendu depuis la fin des années ’80 à cause d’une corrélation avec le taux de cancers de l’utérus… J’ai perdu la source, j’avais lu ça sur un site de Greenpeace allemand…)

    C’est drôle parce que une fort intéressante discussion a eu lieu sur un autre forum, français de France celui-là (www.magrossesse.com) au sujet des couches il y a quelques mois. Voir ce lien.

    Je terminerais en partageant avec vous la réflexion suivante : parfois j’entends des gens dire qu’ils n’ont plus le temps de se préoccuper de l’environnement parce qu’ils ont des enfants. N’est-ce pas un peu paradoxal ? Le respect de l’environnement n’est-il pas lié aux sort des générations futures ? Depuis que je suis maman je suis encore plus interpellée par les solutions écologiques (bien sûr, à la mesure de mes moyens : je suis loin d’être puriste ni parfaite et c’est à chacn de poser les gestes qui lui conviennent) !!! Deux phrases me viennent à l’esprit :
    - « On n’hérite pas la Terre de nos parents, on l’emprunte à nos enfants » (source : proverbe amérindien ou chinois ou de Saint-Exupéry, j’ai entendu les 3 !!!
    - Be the change you want to see in the world (Gandhi)

  8. Adie

    Bonjour (et coucou cali je pensais pas te trouver là ! ;)

    Alors pour les fesses rouges avec les lavables, j’ai cru noté qu’il y avait souvent des problèmes pour celles qui lavent au savon de Marseille, déconseillé pour les lavables, ça se rince mal… C pê une piste !

    Bravo en tous cas pour ta persévérance.

    Adie

  9. cali21

    Adie, MDR de te retrouver la!!!! ;)

    oui le savon de marseille, pas cool sur le cucul de ma Pepette!!!! depuis que j’ai arreté nickel!
    alors bon courage!

  10. chantou1

    La couche jetable est très pratique, rapide et facile d’accès. Plus coûteuse,mais il s’agit de surveillez les rabais.

    La couche de coton est très douce et confortable pour bébé En outre, l’option coton pollue beaucoup moins l’environnement.
    À cahcun peser le pour et le contre.

    Moi personnellement je préfère les couches jetables.

  11. chab

    Moi aussi je suis adète des couches lavables
    j’utilise des fuzzi + papier jetable et je trouve qu’elles sont tres pratiques (à mettre à stocker à laver à sècher … bref j’adorrrrrrrre ces couches)

    Pour ta puce, tu peux utiliser une bande polaire pour mettre dans la couche ça évite la sensation d’humidité .
    Pour les problèmes de fesses rouges il existe des voils en soie je suis en train de les essayé pour Clément … à suivre.

  12. Nouvelle auteur d’un blog (cuisine entre autres), je me balade à la recherche d’autres blogs qui parle un peu de tout, de la vie, de l’amour, donc de cuisine et de ceux qu’on aime. Et là ! youpi ! banlieusardises !
    Bravo pour ta saga couches ! Je dois dire qu’en france, c’est encore peu courant les couches lavables ! Pour des raisons écologiques, plus qu’économiques, je me suis posée la question à la naissance de mon p’tit loulou.
    Résultat point de vue écologique, j’ai un peu des doutes, même avec une lessive « verte » on utilise pas mal d’eau….
    Et il faut bien surtout l’avouer le côté pratique l’a emporté. Alors bravo à toi pour ton courage car entre odeur et matière faut tenir le coup…. Mon p’tit loulou à 13 mois et je peux t’assurer que ça ne va pas en s’arrangeant…
    Hasta la vista !

  13. Amandine

    Coucou !
    Je passe en coup de vent pour vous donner l’adresse d’un site que je trouve excellent, http://larbreabebes.free.fr/
    ils expliquent entre autre comment faire soi-même les couches lavables de bébé, selon son âge et sa morphologie.
    Y a plein d’autre truc intéressant, ça vaut le coup d’aller y voir.
    (Bravo par ailleurs pour ce site que je cotoie depuis deux ou trois ans sans avoir encore oser intervenir… bonne continuation!)
    Amandine

  14. Marie l'urbaine

    Moi qui suis une grande adepte (!) des couches lavables, j’apprivoise du nouveau depuis que fiston a commencé à manger des céréales et des légumes : d’un côté, le feuillet jettable devient partculièrement utile car les selles sont plus solides et il ne reste presque plus rien sur le coton une fois le feuillet jeté; d’un autre côté, pendant le change et pendant la seconde où j’enlève le couvercle du seau pour ajouter une couche souillée… ça pue !!! :)

    POur l’argument concernant la consommation d’eau : on a tendance à oublier que tout ce qui est fabriqué industriellement comnsomme et pollue énormément d’eau. La fabrication de chaque couche jettable génère le gaspillage d’une grande quantité d’eau, sans compter la consommation d’énergie et de matières premières pour la confection, l’emballage, la livraison jusqu’au magasin, toutes activités qui polluent l’eau, l’air, la terre. Donc le choix des couches jettables n’est absolument pas une économie d’eau !!!

  15. Laura

    Ça fait deux semaines que j’utilise aussi les lavables, et vous avez raison, ça fonctionne très bien. J’avais peur pour les fuites, parce que personellement, je n’en avais pas avec les Pampers… Faut croire qu’elles sont faites pour les formes de ma poupoune. Mon chum a acheté un sac de Huggies, et effectivement, j’ai plus de fuite avec les jetables.
    Mais je ne suis pas encore rendue à les utiliser à l’extérieur de la maison… Ça va peut-être venir. Je trouve mon sac à couche déjà un peu petit, s’il faut que je me mette en plus à transporter les couches sales…

  16. c plate …….vous devrier dire c’est qui qui a fait l’article parce que on parle de vous et on en a besoin pour l’école.Vo8us devriez parler des causes quetout sa implique.

  17. jespere que vous avez compris merci

  18. Chère Sabrina,

    Oui, ta question est très claire :)

    Un site personnel, c’est comme un journal personnel ou un livre: on ne signe pas chaque page, car le contenu en entier est écrit par la même personne. On favorise plutôt l’utilisation d’un lien «à propos» ou encore «contact», où se trouvent les informations sur l’auteur.

    Sur les Banlieusardises, le lien vers ma page «à propos» se trouve dans le haut et le bas de toutes les pages du site. Voici comment y aller directement:
    http://www.banlieusardises.com/apropos/

    Merci de ton commentaire et bon travail à l’école ;-)