Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Banlieusardises

Remonter

Haut

4 commentaires

La rivière des Mille-Îles, en canot, en kayak, en ponton…

La rivière des Mille-Îles, en canot, en kayak, en ponton…
Martine Gingras

À peine revenus de vacances dans les Hautes-Laurentides, la nature sauvage nous manquait déjà. La bonne nouvelle, c’est qu’on n’a pas nécessairement besoin de faire 3h de route pour la retrouver. Tout autour, des sentiers et des passerelles invitent à la marche en forêt ou à proximité des marais et de la rivière des Mille-Îles.

Plusieurs sentiers et passerelles ont été aménagés à quelques minutes de chez moi, offrant de belles vues sur la rivière et invitant aux randonnées pédestres:

  • Marais Tylee (Rosemère — derrière le centre communautaire).
  • Marécages le Bouthillier (Rosemère – je vous avais déjà parlé du vieux manoir, qui a aujourd’hui une toute autre allure, transformé en condos de luxe)
  • Sentiers du domaine Garth (Lorraine — déjà parlé aussi!)
  • Centre d’interprétation de la nature (Boisbriand — une belle intégration de sculptures à la nature environnante)…

Mais cet été, le sentier qu’on a adopté est celui qui serpente non pas près de la rivière des Mille-Îles, mais carrément sur la rivière: la route bleue! En effet, il suffit de passer le pont et d’aller à Sainte-Rose, au Parc de la rivière de Mille-Îles, pour louer une embarcation et sillonner les environs avec un point de vue unique et dépaysant. Avant d’être maman, j’avais pagayé sur la rivière, en kayak, à deux ou trois reprises. Cette fois, c’est avec les enfants qu’on a tenté l’aventure: à l’invitation de Tourisme Laval, on a de nouveau exploré la rivière, d’abord en canot, puis en ponton.

La croisière en ponton Le Héron Bleu est une visite commentée de la rivière qui dure 1h30, alors qu’en louant une embarcation, on va à notre rythme et on va où l’on veut. Les deux dynamiques sont fort différentes, mais chacune apporte une perspective unique sur la vie et l’histoire de la rivière.

En canot sur la Rivière des Mille-Îles

Plusieurs types d’embarcations sont offertes pour la location au Parc de la Rivière des Mille-Îles: kayaks, pédalo, chaloupe, rabaska… on a choisi le canot, qui apparaissait idéal pour réunir notre petite famille de quatre. Au moment de l’embarquement, une première grande joie pour ma grande: on a eu un modèle ROSE (vous auriez probablement dit « rouge délavé », mais pas devant elle, s’il-vous-plaît)! Les préposés ont aussi prêté une rame courte à la plus vieille, qui a ainsi eu la fierté d’aider les parents à pagayer.

Pour décider de l’itinéraire, on a consulté notre carte: son aspect vieilli donne l’impression de remonter le temps, voire d’être des chasseurs de trésors. Plusieurs circuits autoguidés» sont proposés et invitent à explorer les îles qu’on croise un peu partout sur la rivière (qui n’en compte pas mille, mais bien 101.)

Au fil de l’aventure, on a croisé des bébés visons, des grands hérons, un barrage de castor, des tortues et des grenouilles. On a même pique-niqué sur une île…

Croisière en ponton Le Héron Bleu

Partir 1h30 en croisière sur la rivière avec les enfants? J’ai beaucoup hésité avant de réserver nos places, craignant de devoir gérer la faim, l’ennui, les envies de pipi (j’ai vu une fois là-bas qu’il y a une toilette sur le ponton) et les éventuels malaises (la plus jeune souffre parfois du mal des transports). Finalement, on a osé, en planifiant de notre côté tout ce qui pouvait être planifié: visite au petit coin avant le départ, Gravol dans le sac avec quelques collations et de l’eau.

Ne restait que l’ennui: et si, après quinze minutes, leur enthousiasme initial à l’idée de monter sur le ponton était déjà complètement dissipé? Une croisière commentée, ça peut être long et plate! Mais avec un excellent guide-animateur, ça peut être une manière fantastique de découvrir l’histoire de la rivière et ses environs, à renfort de photos d’archives agrandies, de questions quiz et d’animaux empaillés. Vraiment, «Crocodile Denis» — ainsi nommé car apparemment, après la saison estivale, il quitte pour l’Australie relocaliser les crocodiles qui s’approchent des habitations — a su captiver petits et grands et faire vivre la rivière pour nous.

Chacune de mes cocottes a vécu un petit moment qui fera de cette expédition un souvenir unique et précieux. Ainsi, la plus jeune a pu conduire le ponton pendant un instant…

Et la plus vieille? Elle a perdu une de ses palette, qui bougeait depuis quelques temps! Et bien avisée, la fée des dents a choisi cette nuit-là de laisser des sous affichant des animaux — canards et castors — en souvenir de son expédition sur la route bleue.

Commentaires

  1. mamanbooh

    Yahou! Quelles expériences!

    J’hésite depuis le début de l’été à y aller pour les mêmes raisons que toi, alors en lisant ton billet, je me vois déjà sur l’eau, partir en expédition! Merci.

    Des visons? Comme dans un « manteau de vison »!?!

    Je vais aller googler ça parce que je ne sais pas du toi à quoi ça ressemble (à part en manteau!).

    Profitez bien des dernières semaines de l’été, Juliex

  2. J’y suis allée ! En 2008, lors de notre dernière visite au Québec, à mon initiative nous nous étions promenés là-bas, nous avions loué des canots. Sur notre canot, c’était Bergamonsieur qui ramait (il est plus costaud que moi) tandis que, sur le canot de mon beau-frère… c’était ma belle-soeur :)

  3. Je n’y suis jamais allée mais ça semble être une très belle place pour la famille! (ou même en amoureux, pourquoi pas!)

    La croisière, surtout, m’intéresse beaucoup! Je vais garder ça en tête pour l’été prochain!

  4. Ginette Bellemare

    Depuis que je suis toute jeune que je me promène sur la Rivière-des-Mille-Iles, soit en bateau ou en chaloupe et je ne finis jamais de m’émerveiller.

Soumettre un commentaire